MEB Facebook MEB Twitter MEB Youtube MEB LinkedIn

19/02/20

WAVE ENERGY CONVER : un projet « made in Monaco »

 

 

C’est une première mondiale : un dispositif capable de convertir l’énergie houlomotrice (l'énergie cinétique produite par les vagues) en électricité sera expérimenté dans les eaux monégasques à l’horizon 2021. Baptisé « Wave Energy Converter S3® (WEC) », ce projet développé par SBM Offshore avec le soutien du Gouvernement Princier démontre une nouvelle fois que la Principauté est une terre d’innovations, notamment concernant les énergies alternatives.

Comme l’a rappelé Marie-Pierre Gramaglia, Conseiller de Gouvernement-Ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, lors de la présentation de WEC à la presse, le 4 novembre dernier, « grâce à son statut unique de ville-État permettant des circuits courts de réflexion et de décisions, notre pays est novateur dans les énergies renouvelables ». L’installation des premières pompes à chaleur sur eau de mer dans les années 60 (technologie sans cesse développé couvrant aujourd’hui 17 % des consommations électriques nationales) et la mise en ligne du Cadastre solaire en 2017 sont de bons exemples.

Avec ce nouveau projet de convertisseur d’énergie issue de la houle, Monaco confirme ainsi sa volonté de faire progresser les moyens de production d’électricité verte, d’autant qu’un intéressant complément sera apporté au laboratoire des énergies renouvelables de Fontvieille. De tels programmes de recherche sur les technologies d’avenir permettent par ailleurs à la Principauté de mettre toutes les chances de son côté concernant le respect de ses engagements internationaux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à savoir -50 % d’ici 2030 (par rapport à 1990) et la neutralité carbone à l’horizon 2050.

 

 

Comme l’a rappelé Marie-Pierre Gramaglia, Conseiller de Gouvernement-Ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, lors de la présentation de WEC à la presse, le 4 novembre dernier, « grâce à son statut unique de ville-État permettant des circuits courts de réflexion et de décisions, notre pays est novateur dans les énergies renouvelables ». L’installation des premières pompes à chaleur sur eau de mer dans les années 60 (technologie sans cesse développé couvrant aujourd’hui 17 % des consommations électriques nationales) et la mise en ligne du Cadastre solaire en 2017 sont de bons exemples.

Avec ce nouveau projet de convertisseur d’énergie issue de la houle, Monaco confirme ainsi sa volonté de faire progresser les moyens de production d’électricité verte, d’autant qu’un intéressant complément sera apporté au laboratoire des énergies renouvelables de Fontvieille. De tels programmes de recherche sur les technologies d’avenir permettent par ailleurs à la Principauté de mettre toutes les chances de son côté concernant le respect de ses engagements internationaux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à savoir -50 % d’ici 2030 (par rapport à 1990) et la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Un système opérationnel

« Voilà plus de 10 ans que SBM Offshore travaille au sein de ses bureaux de Monaco et de son laboratoire de Carros sur un prototype de convertisseur d’énergie houlomotrice innovant », a précisé Didier Beynet, SBM Offshore Monaco Country Director, lors de la conférence de presse. Résultat : un dispositif élaboré faisant appel « à des matériaux à base de polymères électro-actifs qui se déforment sous l’action de la houle, transformant ainsi directement l’énergie des vagues en électricité sans pièces mécaniques ou hydrauliques intermédiaires. Et un concept dont la faisabilité a été démontrée lors de tests en bassin ».

Reste maintenant à l’expérimenter en mer dans le but de valider son efficacité à l’échelle industrielle, ce qui débutera à la fin du 2e trimestre de l’année 2021 pour une durée d’essai estimée à 1 an. Le prototype, un « boudin de caoutchouc » de 60 m de longueur pour 1,2 m de diamètre immergé à environ 4 m de profondeur et connecté au réseau électrique, sera déployé au large de l’héliport de Fontvieille.

 

 

 


 

Un appui solide du Gouvernement Princier

Dans ce projet, le Gouvernement n'apporte pas de soutien financier, mais son expertise et son temps aux équipes techniques de la SBM Offshore. Plus précisément, de nombreux Services du Département de l'Équipement, de l'Environnement et de l'Urbanisme (DEEU) sont mobilisés, coordonnés par la Mission pour la Transition Énergétique (MTE) :

•    La Direction de l'Environnement (DE) a aidé la société à définir un site pour l’expérimentation du démonstrateur qui n'interfère pas avec des espèces sous-marines sensibles, mais également fournit des cartographies de fonds sous-marins ;
•    la Direction des Affaires Maritimes (DAM) a aidé à définir un site qui n'interfère pas avec la navigation maritime en Principauté et collaboré pour l'installation de bouées de mesures de la houle ;
•    la DE et la DAM étudieront en outre conjointement un dossier déposé par la SBM Offshore incluant un dossier technique détaillé et une étude d’impact environnemental ;
•    la Direction de l'Aviation Civile a aidé à définir un site qui n'interfère pas avec le trafic aérien de l'héliport ;
•    la Direction des Travaux Publics (DTP) a aidé à définir un site qui n'interfère pas avec les travaux projetés pour l'extension de l'héliport et institué un mode de communication avec le groupe pour éviter les collisions de navires impliqués lors de travaux avec le système houlomoteur ;
•    la Direction de l'Aménagement Urbain (DAU), assistée de la Société Monégasque de l'Électricité et du Gaz (SMEG), a aidé à définir un site qui n'interfère pas avec les tuyaux sous-marins (pompages d’eau de mer et déversoirs d'orage), à identifier un local de branchement électrique du dispositif et à prévoir la faisabilité technique ;
•    la Cellule Urbamer a aidé à définir un site qui n'interfère pas avec les travaux de l'Extension en mer ;
•    le Service de Maintenance des Bâtiments Publics (SMBP) a apporté son expertise en matière de pompage d’eau de mer à la SBM Offshore, laquelle doit prévoir ce procédé pour son prototype.