MEB Facebook MEB Twitter MEB Youtube MEB LinkedIn

20/10/21

Ludovic Subran livre son analyse de l’inflation aux membres du MEB

Mardi 19 octobre à la Salle Belle Époque de l'Hôtel Hermitage, devant près de 70 acteurs économiques et officiels, le Chef économiste d’Allianz a analysé l’épineuse question de l’inflation, très débattue dans un contexte de reprise qui se confirme. Plusieurs scénarios ont été évoqués mais Ludovic Subran s’est voulu plutôt rassurant.

Rendre le sujet de l’inflation passionnant, accessible et même parfois drôle, c’est le nouveau tour de force accompli par Ludovic Subran à l’occasion d’une conférence à destination des adhérents du MEB, la neuvième, organisée en partenariat avec Monaco Asset Management et la JCE Monaco.

L’inflation a toujours existé, elle est partout, elle concerne tout le monde, peut être mesurée de multiples façons et devient vite un enjeu politique souligne l’économiste.  Si les interprétations des chiffres peuvent faire débats, la hausse des coûts est cependant réelle et les causes globalement identifiées : réouverture de l’économie, oligopoles dans certains secteurs, sous-investissements, politiques énergétiques hasardeuses, etc.

« La vraie question est de savoir si ça va durer ? » s’interroge Ludovic Subran. La réponse est non : « Je ne crois ni à la hausse excessive des salaires, ni à l’inflation monétaire (…) ni à un choc structurel qui mettrait à mal les antidotes de l’inflation que sont la mondialisation, la numérisation et la croissance. » Il n’écarte cependant pas certains risques, en particulier la stagflation, situation qui voit l’excès d’inflation tuer la croissance. Par ailleurs, une certaine pression sur l’énergie, les biens de consommation ou encore l’immobilier pourraient inciter les gouvernements et les banques centrales à revoir plus rapidement leur politique accommodante.

Mais l’injection massive d’argent dans l’économie à travers les mesures d’aide ne seraient pas la cause de la situation actuelle. « 30% de cet argent est passé dans l’économie réelle, le reste correspond à du remboursement de dette ou à de la thésaurisation. » Finalement Ludovic Subran envisage un scénario plutôt optimiste avec une forme d’atterrissage en douceur après une période de surchauffe, notamment aux États-Unis, en 2022.

Enchainant mots d’esprits, parenthèses érudites et explications didactiques, Ludovic Subran a su régaler une nouvelle fois son auditoire. A l’issu de son exposé, il s’est prêté avec beaucoup de bienveillance aux jeux des questions avec les dirigeants présents qui souhaitaient, à l’occasion d’un cocktail convivial, obtenir précisions et conseils avisés. En somme, la cerise sur le gâteau pour un évènement réussi.

 

Voir la galerie photos en cliquant ici.

 ->  Contact :  presse@meb.mc

 

 

 

 

 

De g.à d. : Antony Stent-Torriani, Administrateur Délégué de Monaco Asset Management - Marion Soler, Présidente de la JCE Monaco - Laurence Garino, Cheffe de cabinet du Ministre d'Etat - Michel Dotta, Président du MEB - Ludovic Subran, Chef économiste d’Allianz - Guillaume Rose, Directeur Général Exécutif du MEB - Balthazar Seydoux, Président de la Commission des Finances et de l’Économie Nationale au Conseil National - Gian Luca Braggiotti, Président Délégué de Monaco Asset Management. (Photo crédits : MEB / Carte Blanche)